Saint-Laurent (couches de sédiments soumises aux marées)

Johanna Knöpfle et Mathilde Leveau

Argile, limon, sable et matières organiques diverses provenant du fleuve Saint-Laurent. 32 x 551 x 227 cm, 

Oeuvre réalisée pour la biennale de sculpture de Saint-Jean-Port-Joli, 2018

© photos Johanna Knöpfle, David Benazera et Mathilde Leveau

Bâtie des sédiments charriés par le Saint-Laurent, la forme géométrique a pris place dans le paysage du fleuve. Sept tonnes d’argile, de limon, de sable et de matières organiques superposées patiemment à la force des bras. Inspirées par l’eau qui a façonné le paysage strates par strate pendant 300 000 000 d’années, Johanna Knöpfle et Mathilde Leveau ont érigé humblement une parcelle d’argile sur la batture. À la manière de maçon œuvrant avec les matériaux du site, elles ont bâti une architecture intégrée au paysage. Abandonné au lieu (au fleuve comme à ses visiteurs) le rectangle d’argile se désintègre les mois qui suivent son apparition, comme le Saint-Laurent reprend patiemment ce qui lui appartient.

© 2018 MATHILDE LEVEAU 

  • Instagram Black Round
  • Vimeo Black Round